Étiquettes

, ,

Soyez les Bienvenus sur le blog de « Moustache gracias »!

Un premier article, c’est un peu comme ouvrir un premier carton dans un appartement où l’on vient d’emménager : on ne sait pas vraiment par où commencer… Mieux vaut alors ne pas trop se poser de questions et se lancer!

Il flotte dans l’air une odeur de peinture encore fraîche et, peu à peu, au fil des articles, chaque meuble devrait finir par trouver sa place. Des photographies prendront place sur les murs, des illustrations, des objets, des sérigraphies, des trouvailles artistiques glanées de ci delà au fil du web, viendront compléter les avancées de ce nouveau projet.

Mais avant de poursuivre, quelques explications s’imposent :

L’aventure « Moustache gracias » a démarré il y a maintenant 6 mois. Je cherchais à cette époque un cours de sérigraphie à Séville (où je venais d’emménager), car je souhaitais découvrir cette technique afin de pouvoir créer de mes petites mains, de jolis Tee-Shirts.

Après quelques recherches sur le net, et un échange par mail, j’ai fait la rencontre de Jose-Luis, artiste peintre Sevillan, qui dirige un atelier d’Arts-Plastiques. Il m’a alors proposé de revenir au mois d’Octobre, car la chaleur écrasante qui règne pendant la période estivale, ne permettait pas de pouvoir travailler dans de bonnes conditions.

Et puis nous avons commencé à parler de nos passions respectives. De peinture, de photographie, de gravure, des presses massives qui trônent au milieu de l’atelier, de leur ancienneté, de leur utilisation, des cours qu’il dispense depuis plus de 15 ans maintenant…

Nous nous sommes revus régulièrement par la suite, je filais avec mon vélo après ma journée de travail à l’atelier, voir l’avancement de ses créations. Et de café en tapas, au détour d’une conversion, je lui ai montré un étui pour Ipad que je venais d’acquérir, et qui m’avait coûté « un bras » (voire les deux!) car ce produit était importé des U.S, et n’avait pas d’équivalent en Europe.

Le concept lui a tout de suite plu, et c’est alors que je lui ai dit : « J’aurais bien aimé en faire un de mes propres-main, mais je n’ai pas la place dans mon appartement, et surtout, je suis assez limité au niveau des outils pour la réalisation… »

Ce sur quoi il m’a répondu : « Hé bien, écoute… – bon en fait, c’était plutôt en V.O : « Pues, mira, podemos intentar hacer uno, juntos, aqui en el taller. Tengo aqui todo el material. Y si faltan algunas herramientas, creo que las puedo hacer. Que te parece? »

Ce qui en version sous-titrée donne ceci : « Hé bien écoute, on peut essayer d’en faire un ensemble à l’atelier. Je possède déjà la plupart du matériel et des outils dont nous avon besoin, et pour celles qui manquent, je pense pouvoir les concevoir et les réaliser. Qu’en penses-tu? »

Vous savez quoi? J’ai dit « Banco! » et on a acheté la caravane!

Et tant qu’à faire, nous nous sommes mis en tête d’en fabriquer plusieurs (une série de 30 pour être précis), en nous disant que si ce produit indisponible en Europe nous plaisait, il pourrait également intéresser d’autres personnes!

Depuis, deux mois sont passés, et en dehors de nos activités respectives, nous nous sommes affairés à la tâche. Réfléchir aux solutions techniques, rechercher les matériaux, concevoir les outils qui nous faisaient défaut, trouver un nom pour le projet, vérifier la disponibilité du nom de domaine, bref, pas de quoi s’ennuyer!

Tout est loin d’être finalisé, mais peu à peu le projet prend forme, et nous souhaitons désormais partager (car nous sommes curieux d’avoir vos retours) notre petite aventure « Franco-Espagnole » avec vous.

Voilà pour l’introduction, les explications concernant le produit, viendront par la suite, et nous espérons que vous prendrez plaisir à nous suivre!

Moustache gracias!